20 juin 2013

Cruelles par Cat Clarke - Chronique et Avis





Titre: Cruelles
Titre VO: Torn
Auteur: Cat Clarke
Genre: Realistic Fiction / Thriller / Romance
Date de parution VF: 6 juin 2013
Lu en: Français
Édition: Robert Laffont - Collection R
Note: 8,5/10
Description: Alice King ne s’attend certes pas aux vacances de sa vie lorsqu’elle part avec sa classe pour un séjour dans la nature écossaise, mais elle n’est pas non plus préparée à la tournure plus que cauchemardesque que vont prendre les événements. Alice et sa meilleure amie Cass sont coincées dans une cabane avec Polly, l’associale de service, Rae, la gothique aux terribles sautes d’humeur et Tara, la reine des pestes. Populaire, belle et cruelle, cette dernière prend un malin plaisir à humilier les autres. Cass décide qu’il est grand temps de donner à Tara une leçon qu’elle n’est pas prête d’oublier. Va alors se mettre en marche une succession d’événements qui vont changer la vie de ces filles à tout jamais. Une irrésistible histoire de secrets coupables et d’amitiés troubles…


*musique d'ambiance*



Ça ressemble à Pretty Little Liars, ça sent Pretty Little Liars, ça a le goût de Pretty Little Liars...
Mais ce n'est PAS Pretty Little Liars.

Okay?

Je vais être honnête parce que c'est important d'être honnête. À l'heure actuelle, je suis tellement - mais TELLEMENT - confuse, que je ne sais pas quelle note mettre, et je ne sais même pas par où commencer...

Let's talk about characters

(En anglais c'est toujours plus classe)

Ce qu'on ne peut pas reprocher à Cat Clarke, c'est l'authenticité de ses personnages. Ils sont carrément vrais, et leurs personnalités sont tellement bien construites. La profondeur et la complexité des personnages sont tellement... tellement magiques. Fantastiquement magiques.

・Alice: huuuum... que dire? C'est une fille très mature, déchirée entre le besoin d'être toujours une meilleure personne, et l'envie de se laisser aller, pour son plaisir, de se laisser vivre. Ce qui, dans d'autres circonstances, nous arrive sûrement à tous.

Exemple: Crotte d'ornithorynque! C'est le jour du ménage, mais j'ai tellement envie de : [entourez la réponse de votre choix]
  • lire
  • aller sur Facebook
  • faire du shopping
  • me recoucher
Voilà, c'est un peu ça pour Alice, déchirée entre faire le ménage et se sentir bien, mais dans sa situation à elle. Ou devrais-je dire terrible situation?
Autre chose à propos d'Alice, c'est l'étendue de ses pensées auxquelles nous avons accès, sachant que 1. Alice est narratrice, et que 2. c'est écrit au présent. J'ai franchement adoré la connexion que ça permet d'avoir avec Alice.

・Tara, la B-I-A-T-C-H, que je n'ai pas vraiment détesté. Enfin, un peu en fait. Mais pas tant que ça. Est ce que c'est parce qu'elle ? Je ne sais pas. En tout cas, la mini Tara était adorable. Je ne peux rien dire de plus.

・Jack est un personnage que j'ai bien aimé, même si parfois, je l'ai soupçonné de trucs bizarres - la faute à Nat de Confusion - ce qui s'est révélé être totalement faux en fait. Ce personnage était un des plus vrais de tous - ils sont tous vrais, hein, mais lui... +++. J'ai totalement adhéré à sa personnalité, à ses réactions, et Cat a su m'émouvoir avec ses émotions. Mais ce n'est pas celui qui m'a le plus touché. J'y reviendrais un peu plus loin.

・Cass. La BFF d'Alice, totalement insupportable par sa personnalité. Elle ne correspond tellement pas au personnage d'Alice. Je me suis demandé comment c'était possible. M'enfin, quand "qui se ressemble s'assemble", "les opposés s'attirent". Et là vous me direz QUEL EST LE FEUQUE? Et je ne vous répondrais pas, parce que je n'en sais absolument rien. Enfin voilà. Passons.

・Polly. Qu'est ce que j'ai pu la détester. Par son espoir d'être populaire, son arrogance, son côté manipulateur et profiteur. Il y a un moment, les gars, où quand on n'arrive pas à grimper l'échelle sociale, hé bien, on abandonne, on passe à autre chose. Mais être plus débile, plus arrogante que LA fille populaire en personne, c'est dépasser une limite, je pense. Et là, la limite a été LARGEMENT dépassée, Polly. *secoue la tête avec exaspération et soupir dramatique*

・Rae m'a touché. Émotionnellement parlant. Mais pas autant que...

・Papa Alice. Le père d'Alice est tellement sage, et tellement fort moralement. Et l'amour qu'il offre à sa fille l'est tellement plus. Mais pendant le court moment où l'auteur brise sa carapace et dévoile sa sensibilité, sa vulnérabilité. OUTCH! Quel flot d'émotion.

(Alors là, je voulais écrire Cat Clarke m'a tuer, mais je me suis dit "imagine ils y croient vraiment, si ça se trouve, ils vont appeler la Police, alors que ce n'était qu'une blague... ")

Let's talk about this book

Appelons un chat un chat - je viens de me rendre compte que je vous donne un cours d'expressions françaises - ce livre est carrément complexe émotionnellement. Sérieusement. Alors voilà, après avoir lu Confusion, et maintenant Cruelles, j'ai compris le p'tit jeu de Cat. Héhé. Cette dame, voyez vous, joue LITTÉRALEMENT avec nos émotions avec des sujets importants.
Des sujets importants, des causes réelles, avec des conséquences très probables, des choses qui peuvent arriver chaque jour - mais ça n'arrive qu'aux autres, comme dirait l'autre - ne me demandez pas qui, je ne sais pas. Pourtant, Cat Clarke les aborde avec une certaine légèreté, ce qui est relaxant en soi, tout en rappelant qu'il s'agit en vrai d'un sujet MÉGA grave.

Tout au long du roman, quelques morales montrent le bout de leur nez, celles qui poussent à réfléchir, qui vous obligent à vous mettre à la place des protagonistes. Et moi, si j'étais à sa place, comment j'aurais réagi? Et ça se termine souvent en Ne te voile pas la face, tu réagirais de la même façon, parce que t'aurais la trouille, ma vieille.

Les sujets les plus importants de notre vie sont abordés, de façon plus dramatique que dans les autres YA: l'amitié, l'amour, la famille, la culpabilité, la douleur, la trahison. Aller de l'avant, ou s'arrêter de vivre. Telle est la question. Et c'est surtout la question qui flotte au dessus du roman, jusqu'à la toute fin.

La toute fin, AH BIEN PARLONS EN TIENS!


Est-ce que quelqu'un ici est capable de m'expliquer POURQUOI cette fin? Non mais je vous le demande! TERRIBLEMENT FRUSTRÉE je suis. C'est aussi flou qu'un matin brouillardeux - hey, ça existe, okay?

Je finirais sur un point négatif qui a joué en ma défaveur. Malgré une écriture très accrochante, dans laquelle j'ai su me reconnaitre, il me manquait un truc. Le truc qui était censé me faire accrocher à ce livre. J'ai aimé ce livre - maintenant je le sais. Mais je n'ai pas eu de mal à m'arrêter un moment pour aller manger un Kinder Bueno. Ce n'est pas si grave en soi, mais j'aime bien qu'il y ait un côté addictif, ce dont le livre a manqué, à mon goût.
En gros, ne prenez pas cette remarque pour une généralité, je pense faire partie d'une minorité.

Pour finir, je souhaiterais vous montrer un truc... magique. La couverture de Cruelles en Tchèque.


Héhé.

Nous prévoyons l'ouverture d'une société anonyme pour les Traumatisés des Couvertures avec La 5è Vague et Divergent Source France. Venez nombreux, il y aura du Coca-Cola.

Extrait

Le bus est bondé, bruyant. Les gens parlent entre eux, au téléphone, écoutent de la musique. Comment peuvent-ils mener des vies normales quand la mienne se désagrège ? Pourquoi est-ce que personne ne me regarde ? Est-ce personne ne sent que je ne vais pas bien ?
J’étais dans le même état, après la mort de maman. Je détestais me retrouver au milieu d’inconnus qui ignoraient ce qu’il s’était passé. Je pensais que tout le monde aurait dû le savoir et se comporter différemment. Que personne n’aurait dû avoir le droit de rire et de plaisanter. Ça me semblait mal.



Chronique:
Confusion par Cat Clarke
Undone / Revanche par Cat Clarke

18 commentaires:

  1. Totalement d'accord concernant la fin. Non mais c'est de la torture... J'ai cru MOURIR sur le coup

    RépondreSupprimer
  2. J'ai tellement envie de le commencer..

    RépondreSupprimer
  3. Normalement je le lis la semaine prochaine et tu m'as donné encore plus envie de m'y mettre :D (Puis en plus si on a pas de mal à s'arrêter pour manger un Kinder Bueno ça m'arrange, j'aime ça les Kinder Bueno moi !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivement la semaine prochaine que j'en sache plus sur ce que tu en penses! :D
      Pour les Kinder Bueno, c'est vraiment vraiment une bonne chose. Mais pas tous les livres te laissent le choix et la possibilité du Kinder Bueno. Vraiment. ;)

      xx :)

      Supprimer
  4. Tu me donnes encore plus envie de le lire. *essaye de le caser dans ses prévisions d'achats de l'été*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravie *joue avec ses sourcils*
      J'espère que tu aimeras :D
      xx

      Supprimer
  5. Alors la: BRAVO!
    lol
    J'adore ta chronique et je suis comme toi confuse par cette fin.........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mam'zelle ;)
      Je défie QUICONQUE de ne pas être confus / énervé / frustré par ces dernières pages!
      (Vivement ta chronique, j'ai hâte d'en savoir + de ton côté ;) )

      Supprimer
  6. Cat Clarke, Cat Clarke... L'auteur de Confusion ! Ben ça m'étonne pas que tu te sois sentie paumée avec elle, j'ai même envie de dire : c'est normal ! xD Ce roman m'avait l'air sympa, mais je ne pense pas l'acheter, vu que je n'avais pas tellement apprécié Confusion. Belle chronique en tout cas !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est ce qu'elle cherche à faire, la sadique :P
      Disons que ça te fera des économies pour un autre bouquin ;)
      Merci beaucoup! ;)
      xx

      Supprimer
  7. Il faut que je le lise nom d'une pipe en mousse !
    -> Ca sent le petit budget cette couverture Tchèque tout de même... Un peu comme en Grèce avec Grisha c'est la crise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument!!
      Ouii! Je l'ai vu tout à l'heure la couverture grecque de Grisha. Super zarbi! Je préfère la notre quand même.

      Supprimer
    2. Bin ça ressemble à une pochette de film olé olé je trouve celle de Grisha (grec) xD

      Supprimer
    3. HAHAHA "olé olé"
      C'est vrai n'empêche! :D

      Supprimer
  8. Je suis on ne peut plus d'accord avec toi, pour le coup. C'est vrai que cette fin... Grrrrr :/

    RépondreSupprimer

Merci! ♡