21 août 2013

Let the Sky Fall de Shannon Messenger - Chronique et Avis





Titre VO: Let the Sky Fall
Auteur: Shannon Messenger
Genre: Romance / Mythologie
Date de parution VO: 5 mars 2013 - pas de sortie française prévue
Lu en: Anglais
Édition: Simon and Schuster - Simon Pulse
Note: 9/10
Description: Seventeen-year-old Vane Weston has no idea how he survived the category five tornado that killed his parents. And he has no idea if the beautiful, dark-haired girl who’s swept through his dreams every night since the storm is real. But he hopes she is.

Comme le résumé est plutôt... spoilereux, je le peins en noir. Surlignez pour le lire.

Seventeen-year-old Audra is a sylph, an air elemental. She walks on the wind, can translate its alluring songs, and can even coax it into a weapon with a simple string of commands. She’s also a guardian—Vane’s guardian—and has sworn an oath to protect Vane at all costs. Even if it means sacrificing her own life.

When a hasty mistake reveals their location to the enemy who murdered both of their families, Audra’s forced to help Vane remember who he is. He has a power to claim—the secret language of the West Wind, which only he can understand. But unlocking his heritage will also unlock the memory Audra needs him to forget. And their greatest danger is not the warriors coming to destroy them—but the forbidden romance that’s grown between them.


Traduction perso - merci de créditer: Vane Weston, 17 ans, n'a aucune idée que comment il a pu survivre à une tornade de catégorie 5 qui a tué ses parents. Et il n'a aucune idée de si la jolie fille au cheveux brun qui se glisse dans ses rêves depuis la tempête est réelle. Mais il l'espère.

Comme le résumé est plutôt... spoilereux, je le peins en noir. Surlignez pour le lire.

Audra, 17 ans, est une sylphe, élémentaire de l'air. Elle marche dans le vent, peut traduire son chant attirant, et peut même en faire en faire une arme avec de simples commandes. Elle est aussi gardienne, celle de Vane, et a juré le serment de protéger Vane à tout prix. Même si ça signifie sacrifier sa propre vie.

Quand une petite erreur révèle à l'ennemi leur emplacement qui a tué leur deux familles, Audra se force à aider Vane à se souvenir qui il est. Il a le pouvoir de prétendre connaître le langage secret du Vent de l'Ouest, que lui seul peut comprendre. Mais débloquer son héritage peut aussi débloquer les souvenirs qu'Audra aimerait qu'il oublie. Et le plus grand danger n'est pas la venue de soldats qui souhaitent les détruire, mais la romance interdite qui se développe entre eux.



Les débuts de Let The Sky Fall étaient... plutôt... difficiles. Non pas que j'aimais pas. Non, c'est juste que le contexte m'étaient tellement inconnu. Le vocabulaire, le champ lexical, m'était étranger. Au point d'avoir trouvé 3 façons différentes de dire "rafale" en anglais. Et les explications du contexte ne viennent pas tout de suite, en plus. Donc j'étais un peu paumée, j'ai galéré, et j'ai avancé dans ma lecture à l'aveuglette. Puis j'ai compris! ET C'ÉTAIT UN DÉLICE!

Un délice par bien des points:

Un délicieux environnement

Le "décor" mais surtout l'environnement sont des éléments importants de l'intrigue: le genre d'environnement que l'on ressent par tous nos sens. Et C'ÉTAIT FABULEUX! Croyez-moi, leur description est tout simplement fabuleuse. Les effets de l'environnement sur les sens des protagonistes sont très envoutants, et j'ai beaucoup aimé me laisser porter par les mots de Shannon Messenger.
Là, j'avais très envie de dire "vous me prenez sûrement pour une folle" mais je suis sûre que c'est déjà le cas. Peu importe.

La narration

Let The Sky est narré à la première personne, et les chapitres alternent les points de vue des deux protagonistes: Audra et Vane. ET C'ÉTAIT EXCELLENT. Vane et Audra sont deux personnages très opposés. Et l'écriture de l'auteur varie énormément en fonction de ses personnages. Elle a su adapter son écriture à ses personnages, à leur personnalité, sans jamais défaillir, et j'admire ça, franchement.

Deux protagonistes opposés

Vane est un garçon borné, carrément fénéant. J'ai d'ailleurs pu me reconnaitre en lui. Mais tellement TELLEMENT génial! J'ai adoré ses pensées, son involontaire humour, sur l'instant présent. Je l'ai préféré à Audra, même si je l'ai beaucoup aimé elle aussi.

Audra est un personnage qui agit plus sous l'influence de ces promesses que par sa personnalité, qu'elle nous laisse entrevoir quelque fois. Malgré tout, c'est un personnage que j'ai trouvé bien plus humain que les autres héroïnes, étant donné sa facilité à mentir pour se protéger, et la peur de mourir. Parce que attends, quand je vois des héroïnes prêtes à mourir, je me dis MAIS COMMENT C'EST POSSIBLE?
Audra est aussi un personnage attristé par son passé et ses erreurs, qui lui rappelle chaque jour comment elle doit vivre sa vie. Mais cette tristesse est loin de la pleurnicherie. Elle n'est pas lourde. Au contraire, je l'ai trouvée poétique, harmonique. Audra contraste énormément avec Vane, et pourtant...

Mais les opposés s'attirent

La romance entre Vane et Audra est, sans surprise, parfaite, electrique, enflammée. ET C'ÉTAIT MAGIQUE. Leur attirance et leur alchimie est juste magique, c'est une tempête d'émotion et de frustration et -


Ça vous parle suffisamment ? Bien.

L'intrigue en général

L'intrigue, racontée par les deux personnages donc, est tout aussi douce que les descriptions, malgré quelques moments qui traînent en longueur, où je me suis un poil ennuyé. Mais pas trop hein, après ça passe.
Malgré un aspect très enchanteur d'une mythologie que j'ai eu le plaisir de découvrir à travers ce roman, on ressent la menace, le danger d'un combat pour un langage et pour le pouvoir. Et là, j'ai bien peur de vous avoir perdu, parce que je ne peux pas aller plus loin sans spoiler - PARDON. Mais lisez, lisez pour comprendre, ne vous gênez pas.
Ce tome 1 se termine sur un cliffhanger difficilement acceptable. J'ai cru que j'allais franchement pleurer en voyant la date de sortie du second tome - à savoir le 4 mars 2014 - et-c'est-trop-loin-et-je-sais-pas-comment-je-peux-survivre-à-autant-d'impatience.

Extraits

I answer with a shrug—my best weapon against my mom’s never-ending questions. It’s always fun to see how long I can get away with it.
“Was Hannah nice?”
Shrug.
“What did you guys do?”
Another shrug.
“Vane! That’s not an actual answer.”
Dang—only three. Usually she lets at least four or five go.


Je réponds avec un haussement d'épaules - ma meilleure arme contre les questions incessantes de ma mère. C'est toujours amusant de voir jusqu'à où je peux aller avec ça.
"Est-ce qu'Hannah était sympa?"
Haussement d'épaules.
"Qu'est-ce que vous avez fait?"
Autre haussement d'épaule.
"Vane! Ce n'est pas une vraie réponse."
Punaise! Seulement trois. D'habitude elle en laisse passer au moins quatre ou cinq.


The waves of heat make their way to my heart, settling in like that’s where they belong. I know how cheesy that sounds—Isaac would hurl if he knew I was thinking it. But I like it. It feels like she’s becoming a part of me, more and more with every touch. Makes me want to grab her, pull her against me, feel the warm rush spread as I run my hands down—
“Are you ready?” she asks, ripping me out of my fantasies.
“Yes.”
I hate my voice for shaking.
“Okay. Let’s get the most painful part over with first.”
“Sounds awesome.”


Des vagues de chaleur se fraient un chemin jusqu'à mon coeur, comme si c'était leur place. Je sais que ça sonne kitsch - Isaac dégueulerait s'il savait ce que je pense. Mais j'aime ça. On dirait qu'elle devient une partie de moi, de plus en plus à chaque contact. Ça me donne envie de m'agripper à elle, la presser contre moi, sentir la chaleur qui se dégage tandie que je laisse mes mains courir sur -
"Es-tu prêt?" elle me demande, m'arrachant à mes fantasmes.
"Oui"
Je déteste le tremblement dans ma voix.
"Okay. Commençons par la partie la plus douloureuse."
"Ça à l'air génial."


“You’re up,” I say, trying to recover from my surprise. He laughs.
“Thank you, Captain Obvious.”
He’s right. Stupid, idiotic thing to say. I just didn’t expect him to be awake. Or to look so . . . good. His plain blue shirt is unrumpled—for once. And the color makes his eyes look like the sky on a warm, breezy day. The kind of sky that begs, Fly with me.


"T'es debout." je lui dis, essayant de cacher ma surprise. Il rit.
"Merci, Capitaine Évident"
Il a raison. C'était un truc idiot et stupide à dire. J'imaginais juste qu'il ne serait pas encore réveillé. Ou ne serait pas aussi ... beau. Son tee-shirt bleu uni n'est pas froissé - pour une fois. Et cette couleur fait ressortir ses yeux de la couleur du ciel d'une chaude et venteuse journée. Le genre de ciel qui demande Vole avec moi.


Chronique du tome 2 de Let The Sky Fall de Shannon Messenger : Let the storm break

14 commentaires:

  1. AAAAAh Génial !! :D J'attendais ce post avec impatience ! :) Et voilà que tu m'as convaincue ! ;) Les extraits sont juste géniaux, et cette mythologie dont tu parles m'intrigue énormément. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton enthousiasme, tu me fais super plaisir! :D
      J'espère que tu te laisseras tenter par ce très beau roman !! :D

      Supprimer
    2. Je suis sûre que oui ! ;)

      Supprimer
  2. Bon bah voilà, +1 dans ma wish-list... ;)

    RépondreSupprimer
  3. Méchante! Tu veux pas traduire tout le livre? ....(a)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais tellement TELLEMENT que tu le lises, que j'aimerais!!

      Supprimer
  4. Tu es vraiment TROP MECHANTE ! Je le veux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne peux pas te permettre de passer à côté!!

      Supprimer
  5. Il faut que je le lise mais tu le sais déjà hihihi.

    RépondreSupprimer
  6. Parce que je suis tombée sur ta chronique du tome 2, je me suis dit que ce serait mieux de passer lire celle du tome 1... Ce roman a l'air vraiment génial ! J'espère qu'il y aura un jour une vf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi, il est franchement chouette!

      Supprimer

Merci! ♡