12 janv. 2015

Aristotle and Dante discover the secrets of the universe de Benjamin Alire Sáenz - Chronique et Avis






Titre : Aristotle and Dante discover the secrets of the universe
Auteur: Benjamin Alire Sáenz

Édition: Simon and Schuster
Date de parution: 21 février 2012

Genre: Realistic Fiction | Contemporain | Romance | LGBT

Lu en: Anglais
Note: 10/10

Résumé: Dante can swim. Ari can't. Dante is articulate and self-assured. Ari has a hard time with words and suffers from self-doubt. Dante gets lost in poetry and art. Ari gets lost in thoughts of his older brother who is in prison. Dante is fair skinned. Ari's features are much darker. It seems that a boy like Dante, with his open and unique perspective on life, would be the last person to break down the walls that Ari has built around himself.

But against all odds, when Ari and Dante meet, they develop a special bond that will teach them the most important truths of their lives, and help define the people they want to be. But there are big hurdles in their way, and only by believing in each other―and the power of their friendship―can Ari and Dante emerge stronger on the other side.


I got to thinking that poems were like people. Some people you got right off the bat. Some people you just didn't get — and never would get.1

Chers lecteurs,

Si on vous a maintes fois répété que ce livre était exceptionnel, songez à écouter un peu les gens autour de vous, hein.
Troisième lecture de l'année 2015, troisième lecture qu'on peut qualifier de "Wahou". Sérieusement, c'est un sérieux "Wahou".

J'avais un peu peur au début, peur de ne pas aimer malgré une pression que je ressentais due à cet engouement général, et de ne pas accrocher vu mon rythme.
QUE NENNI !

Ma chronique va sûrement ressembler à tant d'autres, mais tant pis, parce qu'elles sont tellement dans le vrai, que je me contenterai d'enfoncer le clou.

The problem with my life was that it was someone else's idea.2

First of all, j'ai énormément aimé le personnage d'Aristotle. C'est un garçon très mélancolique, qui se pose énormément de questions, questions qu'on appellera intimement "les secrets de l'univers". J'ai partagé beaucoup de ses questions, qui m'ont fait penser à ma propre adolescence (qui est finie, ou pas, je n'en sais rien), de sa mélancolie, de ses émotions. Peut-être bien qu'on les partage tous, mais le truc, c'est qu'Ari fait remarquer ces choses qui passent inaperçues, qu'on zappe, qui ne font partie que du décor. Et ce qu'il relève fait tellement de bien et tellement de mal, qu'on souffre forcément avec lui en lisant ce roman.

Dante est son contraire, et pourtant ils sont tellement similaires. C'est aussi un personnage fort, qui marque, qui ne laisse pas indemne.
Mais je pourrais parler de leurs amis, de leurs parents, du chien, qui subliment tellement l'histoire qu'elle finit par laisser nos chairs à vif.
Aristotle and Dante expose la colère et la souffrance, en poésie et en douceur.

Sometimes pain was like a storm that came out of nowhere. The clearest summer morning could end in downpour. Could end in lightning and thunder.3

Ensemble en riant, toujours en riant ils partent sur le chemin de la découverte de soi-même, des sentiments, des émotions, de leur personnalité. De la découverte de l'amour, de l'amitié, de l'importance des choses, du passage du garçon à l'homme, du rôle des parents, des copains, de l'adolescence. Ils font des expérimentations, ils apprennent.
Et j'ai appris avec.

Je crois qu'on ne ressort pas tout à fait indemne de cette lecture, et qu'on a un peu l'air con à découvrir nous aussi les secrets de l'univers.


The problem with trying hard not to think about something was that you thought about it even more.4

Ça m'a fait réfléchir sur le fait que les poèmes étaient comme les gens. Il y a des gens que tu comprends d'emblée. Et des gens que tu ne comprends pas, et ne comprendra jamais.

Le problème avec ma vie est qu'elle est l'idée de quelqu'un d'autre.

Parfois la douleur était comme un orage venant de nulle part. Le plus dégagé des matins d'été pouvait se finir dans une averse, dans la foudre et le tonnerre.

Le problème quand tu te concentres pour ne pas penser à quelque chose, c'est que tu y penses encore plus.

7 commentaires:

  1. J'ai ce livre dans ma PAL ! J'ai tellement envie de le lire mais j'arrive jamais à le caser dans mes prévisions >< Je le voulais tellement, j'ai écouté les bons avis.... j'espère que je les rejoindrais !

    RépondreSupprimer
  2. Magnifique chronique <3 Je suis vraiment HAPPY qu'il t'ai pluuuu <33 :D

    RépondreSupprimer
  3. ... Tu veux pas faire des chroniques sur des livres nazes qui ne m'intéressent pas pour épargner ma PAL? ^^

    RépondreSupprimer
  4. Non, je ne céderai pas ( pour une des rares fois) enfin pas pour l'instant.Moi qui n'avait pas prévu de le lire !

    RépondreSupprimer
  5. Lui, ça fait longtemps que je lorgne dessus. Je le veuuux ! Ton avis me donne des poussées communément appelées "amazonesques...".

    RépondreSupprimer
  6. L'histoire ne me donnait pas très envie, et au début je me suis dit que je n'aimerai pas. Mais alors sans m'en rendre compte j'ai été emportée par l'atmosphère, beaucoup de choses m'ont touché, une infinie tendresse se dégage de ce livre. Les relations entre les personnages sont d'abord ambiguës, puis elles se dévoilent toutes en émotions, de belles émotions qui vous frappent en plein cœur.
    Très surprise par ce roman, mais ravie!!

    RépondreSupprimer

Merci! ♡