1 mars 2015

Only Ever Yours de Louise O'Neill - Chronique et Avis






Titre : Only Ever Yours
Auteur: Louise O'Neill

Édition: Quercus
Date de parution: 3 juillet 2014

Genre: Dystopie | Santé Mentale

Lu en: Anglais
Note: 9/10

Résumé: frieda and isabel have been best friends their whole lives.

Now, aged sixteen and in their final year at the School, they expect to be selected as companions - wives to wealthy and powerful men. The alternative - life as a concubine - is too horrible to contemplate.

But as the intensity of the final year takes hold, the pressure to remain perfect becomes almost unbearable. isabel starts to self-destruct, putting her beauty - her only asset - in peril.

And then, the boy arrive, eager to choose a bride.

frieda must fight for her future - even if it means betraying the only friend, the only love, she has ver known...



Personnality does NOT matter. All that matter is being pretty.*

Je ne sais absolument pas comment chroniquer ce livre.
Only Ever Yours est une dystopie ... différente des autres. Terrifiante et fascinante à la fois. Mais je préfèrerai me retrouver à Panem quand même.

Beaucoup ont flashé sur la Barbie sur la couverture.
On ne joue pas à la Barbie dans le roman. Mais la femme est une Barbie. Un objet. Elle est destinée à satisfaire le sexe opposé.

Quand je vous dit que c'est terrifiant.
Je pense quand même qua'il est important que vous sachiez comment fonctionne cette société pour comprendre la chronique ...

Les filles sont conçues scientifiquement, contrairement aux garçons. De 4 à 16 ans, elles se retrouvent à l'école, où elles apprendront à être belles, à ne pas être trop intelligentes. Où une compétition nait entre chacune, et où sur chaque amitié plane l'ombre de la rivalité.
Ces filles là sont éduquées dans la superficialité, où tout ce qui est importe est d'être belle.

Dès 16 ans, elles peuvent être choisies comme companion donc comme femme de l'homme, ou finir concubine qui sont faites - disons le clairement - pour assouvir les besoins physiques et naturels de l'homme. Des putes quoi. Mais pas payées.
Ou qui finiront chastities, les chastes à qui on retire l'utérus, qui finissent par éduquer les nouvelles filles jusqu'à leur 16 ans.

There's always something that they can do to change you, to make you better. There is always room for Improvement.**

Après une introduction qui dure officieusement une centaine de pages et qui m'a - je l'avoue - un peu ennuyée - je lisais 20 pages par jours - j'ai été propulsée dans la véritable vie de ces filles qui vivent leur dernière année à l'école, où la rivalité est la plus intense et rude, où les amitiés se forment et se déforment, où on veut être la meilleure pour être choisie comme companion.

Voyez un peu leur but ultime dans la vie ?

freida est une fille que j'ai trouvé différente, celle à qui on peut s'identifier en tant que lectrice. Elle semble être la plus normale, celle qui doute le plus, au coeur d'un groupe de filles qui se bat à coup de cruauté et d'indiscrétion bien placée. Dans un monde qui peut paraitre cliché et stéréotypé pour nous, sociétaires de notre société, ta meilleure amie sera celle qui t'aura le moins poignardé dans le dos.
Et ce mélange de superficialité et de brutalité m'a donné la tête qui tourne à plusieurs reprises, et lorsque freida perd son sang froid et que sa santé mentale commence à déraper, j'ai bien cru que la mienne aussi.

Louise O'Neill est une auteur qui n'a pas peur des mots et ne se censure pas, peu importe à quel point ça blesse, cette franchise fait du bien. Elle maitrise les mystères avec brio, ne laisse rien entrevoir, et balance les retournements de situation comme elle jèterai ses assiettes contre le mur.
Et quand tu crois que c'est fini, que t'as eu ta dose, que tu la remercies de t'avoir fait souffrir et d'avoir implanté cette histoire au fer rouge dans ta cervelle, tu te prends un mur de béton armé.

Soyez prévenus, Only Ever Yours ne laisse pas indifférent.

Ce que j'ai le plus aimé : L'héroïne captivante dans cette société effrayante
Ce que j'ai le moins aimé : L'introduction un peu longue du début. Mais le rythme s'accélère réellement après ça !

We are who we are. Sometimes, no matter how much someone might want to, they can’t escape that.***

* La personnalité ne compte PAS. Tout ce qui compte est d'être jolie.

** Il y a toujours quelque chose qu'ils peuvent faire pour te changer, te corriger. Il y a toujours de la place pour l'Amélioration

*** Nous sommes ce que nous sommes. Peu importe à quel point elles le voudraient, elles ne peuvent pas y échapper.

12 commentaires:

  1. Wow. Je ne connaissais pas du tout, mais tu m'as donné vraiment envie. Rien qu'en lisant ta chronique j'arrive à ressentir à quel point c'est poignant, alors en lisant réellement le livre ça doit être complètement dévastateur. Et puis le sujet pourrait bien me plaire aussi.
    Bisous mon petit haricot vert
    xxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu te laisseras tenter alors je trouve qu'il vaut vraiment le coup !!
      Merci de ton commentaire, il m'a fait plaisir ;) <3
      Bisous mon petit pain de viande aux olives ! xx

      Supprimer
  2. Je l'ai commandééééé il arrive après-demain <3 *joie* J'ai très très très hâte de le lire. Merci de me l'avoir fait découvrir. *se prosterne*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiiiiii !!
      J'ai très hâte de savoir ce que tu en penses :D
      *révérence*

      Supprimer
  3. J'adore les dystopie particulièrement quand elles sont effarantes alors j'espère pouvoir lire ce roman-ci *^*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu le pourras, il est vraiment particulier !

      Supprimer
  4. Mais quel bonheur de lire tes chroniques. Tu as ce petit truc qui fait la différence. J'adore.
    Et puis quand tu écris "et balance les retournements de situation comme elle jetterai ses assiettes contre le mur. ", c'est génial. Je me marre. Je vois bien ce que cela rendrait et j'imagine tellement l'auteure faire ce genre de truc :P

    Ne change rien à ta façon de faire. ^^

    Pour en revenir à la chronique en tant que telle, tu m'as convaincue de donner une chance à ce livre. Quand ? Je ne saurai pas te répondre mais je pense vraiment me pencher dessus.

    Au plaisir de te relire. :)

    Bises :-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cacahuète, arrête de me flatter ça m'fait rougir, j'ai peur de rester coincée un jour ;)
      Merci beaucoup pour ton commentaire, ils me touchent toujours beaucoup <3

      Je suis contente de contribuer à tes dépenses ! ;D J'ai hâte d'avoir ton avis :D

      À BIENTÔT, CHÈRE CACAHUÈTE !

      xx <3

      Supprimer
  5. Salut, tu m'as vraiment donné envie de le lire :D Juste une question : le niveau d'anglais est-il abordable ?
    Bizz :*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ! Ha, tu pouvais pas me rendre plus heureuse !
      Je pense que ça dépend de ton niveau d'anglais actuel: est-ce que tu lis déjà en anglais?
      Si c'est ta premèire lecture, je ne te le recommande pas, j'ai eu quelques difficulté au début, dû au vocabulaire particulier de la dystopie qui ralentis beaucoup le rythme et peu démotiver un peu.
      Après si tu lis régulièrement, je pense que ça peut le faire et / ou devenir un petit challenge ;)

      Laisse moi savoir ! :D
      Bisous, à bientôt !

      Supprimer
    2. Salut, j'ai déja lu une nouvelle (the queende Keira Cass) et Artistotle and Dante discover the secret of the universe... Je pense que je vais d'abord lire Anna and the french kiss ;D Mais sois sûre qu'il est dans ma wish-list.

      p.s: ton blog est super je suis fan *,*

      Supprimer
  6. I. NEED. IT. Pffff en ce moment je n'ai absolument PAS envie de lire... Du tout... Je m'inquiète^^

    RépondreSupprimer

Merci! ♡