17 mai 2015

Making Faces de Amy Harmon - Chronique et Avis






Titre : Making Faces
Auteur: Amy Harmon

Édition: Auto-publication
Date de parution: 20 octobre 2013

Genre: New Adult | Contemporain

Lu en: Anglais
Note: 3/10

Résumé: Ambrose Young was beautiful. He was tall and muscular, with hair that touched his shoulders and eyes that burned right through you. The kind of beautiful that graced the covers of romance novels, and Fern Taylor would know. She'd been reading them since she was thirteen. But maybe because he was so beautiful he was never someone Fern thought she could have...until he wasn't beautiful anymore. Making Faces is the story of a small town where five young men go off to war, and only one comes back. It is the story of loss. Collective loss, individual loss, loss of beauty, loss of life, loss of identity. It is the tale of one girl's love for a broken boy and a wounded warrior's love for an unremarkable girl. This is a story of friendship that overcomes heartache, heroism that defies the common definitions, and a modern tale of Beauty and the Beast, where we discover that there is a little beauty and a little beast in all of us.



Existe aussi en Français - Nos Faces cachées



Titre : Nos Faces cachées
Édition : Robert Laffont
Date de parution : 22 janvier 2015

Résumé : Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être... Nos faces cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre. L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire. L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant. Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...


Everybody is a main character to someone...” *


ATTENTION. CETTE CHRONIQUE PEUT ÊTRE VIOLENTE POUR LES FANS. SI VOUS ÊTES UN FAN, JE VOUS CONSEILLE DE PARTIR MAINTENANT AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD.

Comment vous dire que ce livre ne m'a absolument pas convaincue ? Je pense que je ne vais pas y aller par quatre chemins...

Ce livre ne m'a absolument pas convaincue.

Au début, je me suis dit que c'était à cause d'Ambrose, et de son physique parfait de Dieu, de sa puissance, et de ses muscles, et du fait que c'est un excellent lutteur, et aussi à cause de ses cheveux ... longs - je déteste les garçons aux cheveux longs. Je n'aime pas ça, voilà. Je les imagine toujours gras et tout.
Puis un paragraphe plus tard, je me suis dit que c'était à cause de Fern - le saviez-vous, "Fern" veut dire "Fougère", bon - du fait qu'elle soit moche, rousse, à lunettes ... Ce qui ne devrait pas faire d'elle une "moche" mais apparemment si.

Puis après je me suis dit que c'était une combinaison des deux. Comment appelle-t-on ça déjà? Un ... oui, un cliché !

Très cliché dès le début, tout ce que j'aime.

Puis il y a eu Bailey, le BFF handicapé. Je me suis dit, "tiens, je ne suis pas surprise". Puis la BFF bombasse, je me suis dit, "tiens, je ne suis toujours pas surprise". Je me suis dit qu'il y avait beaucoup de clichés, rien de très original.

Alors j'ai attendu, j'ai vu passer la centaine d'ellipses temporelles qui étaient si nombreuses que j'avais l'impression qu'il s'était passé un ou deux siècles. Mais en fait, il ne s'était passé que trois ans.

Puis il a eu l'élément déclencheur. Le moment qui a fait que j'aurais dû aimer, commencer à m'attacher...

Puis j'ai vu une version masculine de l'héroïne insupportable, qui n'en fait qu'à sa tête. J'ai vu l'évolution de Fern à l'image d'Ugly Betty ou Le Destin de Lisa, mais avec une banalité tellement... banale. J'ai vu des "je suis moche, tu es belle" et on recommence, on recommence, on recommence, le tout avec l'apitoiement le plus long que j'ai pu lire ou voir de toute ma vie - ou presque. Que ces trois cents pages m'ont parues longues ! Combien de pauses j'ai dû prendre pour m'empêcher de jeter le livre contre le mur? Je ne les compte plus.

Ai-je précisé que la "BFF bombasse" est là uniquement quand on a besoin d'elle ? Pour des besoins d'action, sinon on ne sait pas où le trouver ? Qu'autrement, elle disparaît complètement de l'histoire ? Non ? Voilà qui est fait.

Alors oui, le jeu de la beauté et de la laideur, de leurs conséquences sur les relations, sur l'amour, sur où on puise cet amour, tout ça, c'est intéressant. Et j'aurais tellement aimé que ce jeu soit mieux joué. Mais c'était - à mes yeux ! subjectivité - terriblement plat et en surface. Les détails sont là, oui, mais pas sur ce qu'il faut. Lire plusieurs paragraphes sur comment danse Fern, en fait, me repousse plus qu'autre chose. Et la guerre ? Où est-elle ? Nous ne voyons quasiment rien ! On peut être pressé de voir l'évolution de la relation entre Fern et Ambrose, mais de là à ce qu'on ne remarque quasiment pas son départ, comment peut-il nous manquer ?

Non, la vérité est que 300 pages c'est beaucoup trop pour si peu d'action et tant d'apitoiement, alors que ç'aurait pu être tellement mieux.
Heureusement que Bailey était là pour rendre le tout un peu plus... "joyeux", heureusement que quelques scènes d'amour était assez mignonnes pour me donner envie de lire 10 minutes. Heureusement.

Une grosse déception pour moi, qui en attendait tant, qui voulait tellement pleurer avec mes compatriotes. Et pourtant, je me sens aussi glacée qu'un iceberg.

Ce que j'ai le plus aimé : L'idée, qui n'est malheureusement pas assez travaillée à mon goût.
Ce que j'ai le moins aimé : Le reste ?

Death is easy. Living is the hard part.” **


* Tout le monde est le personnage principal de quelqu'un ...
** La mort est facile. Vivre est la partie la plus dure.

10 commentaires:

  1. Oh dommage que tu n'aies pas aimé ! J'ai lu ta chronique et je suis assez d'accord avec toi sur certains points, surtout sur les clichés gros comme des maisons mais le reste m'a plu :) Et je suis bien d'accord aussi avec toi, coupons les cheveux à ces garçons, les cheveux longs, je ne trouve pas ça sexy du tout ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aurais bien aimer aimer ... huhu
      Mais je suis contente que tu sois d'accord avec moi sur ces points, ça rassure, des fois je me demandais si je lisais le même livre que tout le monde haha

      GUERRE DES CISEAUX !

      Supprimer
  2. Ouh, ça refroidit comme avis ! Moi qui vais le lire dans pas tellement longtemps (enfin j'espère), je ne sais plus à quoi m'attendre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas, je fais partie que d'une très petite minorité, il y a de fortes chances pour que tu aimes ;)

      Supprimer
  3. Je ris toujours autant en lisant cette chronique :') En tout cas, sache que je suis totalement d'accord avec toi !

    RépondreSupprimer
  4. Bon, moi j'ai chialé ma mère. MAIS, même si j'ai réussi à me prendre au jeu du livre je suis d'accord avec toi. En fait à un moment je me suis dis "Anne-So, sois tu acceptes tous les clichés soit tu détesteras ce livre... Et tu n'aimes pas détester les livres"!^^
    Mais c'est vrai que TOUT arrive dans ce livre.
    ATTENTION SPOILER : l'handicapé gentil qui meurt, la moche qui devient magnifique, la meilleure amie qui est une femme battue etc etc.
    FIN DU SPOILER
    Vraiment, si l'auteur a pu trouver utiliser un truc tragique qu'elle a vu marcher dans un autre livre elle va l'utiliser. Donc oui, relou.
    Maiiiis quand tu l'acceptes tu chiales ta reum meuf wesh yo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as bien fait, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant de clichés. Puis comme tout le monde disait 'tu verras après, ça va mieux', je pensais ... hé bien je pensais que les clichés disparaitraient.

      Mais oui TOUT arrive, et pourtant Fern arrive à ne rien faire du tout. C'est vrai, que fait-elle de remarquable? Les bonnes pensées viennent de Bailey, l'action de Rita, le tragique d'Ambrose... Mais d'elle? Nada.

      Alors oui, ce livre était trop saturé et pourtant trop mou haha, c'est bien dommage en tout cas.

      Supprimer
  5. Bon, ben voilà qui est dit, non ?
    Ahah, je me suis bien marrée devant ta chronique. Elle est dure vis à vis du livre mais certainement justifiée. :)

    Je pensais me procurer ce livre mais finalement, je pense que je vais m'abstenir. ^^

    Merci à toi pour cet avis qui fait plaisir au porte monnaie :P

    Bises l'amie.

    RépondreSupprimer
  6. Je comprends parfaitement ce que tu as ressenti. A la fin de ma lecture, j'étais plutôt enthousiaste, d'où une chronique très positive. Mais la folie est vite redescendue et je me suis rendue compte qu'il manquait quelque chose. Comme tu le dis, il y a des bonnes choses, l'idée est bonne, mais elle n'est pas assez exploitée ou alors pas de la bonne manière.

    RépondreSupprimer

Merci! ♡