7 déc. 2015

Parce que je t'aime de Guillaume Musso - Chronique et Avis


Titre : Parce que je t'aime
Auteur: Guillaume Musso

Édition: Pocket
Date de parution: 12 avril 2007

Genre: Contemporain | Mystère

Lu en: Français
Note: 1,5/10

Synopsis: Dans un centre commercial de Los Angeles, Layla, une petite fille de 5 ans, disparaît. Ses parents se séparent à la suite de ce drame. Cinq ans après, la fillette réapparaît à l'endroit où elle s'était évaporée, vivante mais plongée dans un mutisme ...





C'est l'amour qui tisse les liens familiaux, pas le sang.

Fans de Guillaume Musso, cette chronique peut heurter votre sensibilité. Je vous invite à quitter cette page.


Parce que je t'aime m'a appris quelque chose. Plusieurs choses même : que le pont supérieur d'un Airbus A380 se trouve à 12 mètres du sol ; et que j'aime la littérature de jeunesse et young adult à un point que je ne soupçonnais même pas.

En quelques points, voici ce que j'ai pensé de Parce que je t'aime:
  • Le cours de l'histoire occupe à peu près 10% de la totalité du roman ...
  • ... interrompu sans cesse par des flashbacks de quelques pages au plus ...
  • ... qui s'accumulent et ne m'a pas du tout plongée dans l'histoire.
  • D'ailleurs, où on en était ?
  • L'auteur a plongé son histoire dans une pâte à détails bien écoeurante ...
  • ... créant une couche énorme de petits éléments inutiles - exemple : Layla qui ne finit pas son jus d'orange et laisse son yaourt pas touché
  • On s'en bat le couilles, ça n'apporte absolument rien à l'histoire, hormis un paragraphe inutile supplémentaire.
  • Comme la plupart des paragraphes, en fait.
  • Les personnages sont particulièrement fades.
  • C'est long et ennuyeux.
  • J'avais réellement la sensation de lire l'équivalent d'un film français aux mauvais acteurs.
  • Avec un abus de superlatifs, d'envie de montrer du (super)luxe, de l'(ultra)modernité, avec des lignes épurées, de partout, des mots anglais donnant un air hautain à l'auteur - c'est bon Guillaume, tu peux dire taxi, au lieu de yellow cab - et des marques à tire larigot...

STOP.

Devrais-je parler du dénouement stupéfiant ?
Parce qu'il était terriblement stupéfiant !

J'étais comme ça :


Pourquoi 1,5 sur 20 alors ? Parce que j'ai appris que le pont supérieur de l'Airbus A380 est à 12 mètres de hauteur.

Bref, je comprends désormais les personnes "fachées" avec monsieur Musso, et en fait partie.

Ce que j'ai le plus aimé : L'airbus, évidemment.
Ce que j'ai le moins aimé : Le reste.


4 commentaires:

  1. XD mais c'est une tuerie ta chronique.
    Ahah, c'est énorme. Je n'étais déjà pas tentée par les romans de Monsieur Musso mais alors là, tu viens de leur retirer toute chance d'entrer dans ma PAL. Tu me fais faire des économies. <3 Plein de coeurs sur toi <3

    En fait ce roman, c'était un fascicule pour la promo de l'Airbus A380, non ? ;P J'imagine que ça n'a pas été une lecture évidente mais tu en es venue à bout, warrior que tu es (t'as vu j'emplois des mots anglais pour faire trop stylée :P ).
    Je t'admire d'être allée jusqu'au bout. ^^

    Encore une chronique au top. J'adore. <3
    Ne change rien. ;)

    RépondreSupprimer
  2. Coucou !

    Ahah excellente ta chronique, j'ai bien ri !! :D
    Je n'ai jamais lu de Musso mais je me suis toujours dit que lorsqu'on en a lu un, on les a tous lu (comme les Levy d’ailleurs)...
    Alors merci pour ta chronique ça m'évitera cette peine !

    Bonne continuation :)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour !

    J'avais adoré "Demain" à l'époque (qui est d'ailleurs le seul Musso que j'ai lu) et j'ai celui-ci dans ma PAL. Je ne suis pas prêts pour le sortir de si tôt ;P
    Merci pour cette chronique rigolote ;)
    Bonne fin de semaine ;)

    RépondreSupprimer
  4. Ahahaha j'me marre comme une chèvre (si c'est possible!).
    J'avais essayé de lire un Musso mais je ne suis même pas sure du quel, tellement il m'avait ennuyée. J'avais abandonné au bout d'une quinzaine de pages.
    Bravo à toi, d'être allée jusqu'au dénouement qui avait l'air de vendre du rêve!

    RépondreSupprimer

Merci! ♡